affiche2

Que propose Podemos ?

Le parti de Pablo Iglesias, qui se revendique héritier des Indignés, a composé un programme électoral en collaboration avec ses cercles. Très à gauche, souvent souverainistes et parfois populistes, les propositions sont axées sur six thèmes. Résumé non exhaustif des 332 pages de la profession de foi de Podemos.

 Démocratie économique :

  • Accomplir une transition écologique : éliminer le gaz ou le carbone pour les remplacer par l’énergie solaire ou éolienne. Le nombre de centrales de gaz sera réduit et les centrales nucléaires et de charbon seront fermées petit à petit. Podemos veut aussi annuler une loi du PP, qui a créé un impôt pour les particuliers qui utilisent des panneaux solaires chez eux, et favoriser les transports électriques et la bicyclette.
  • Définir un nouveau modèle de production économique associé à l’industrie : trouver un accord national pour l’économie productive, soutenir les PME d’industrie et de technologie, moderniser les réseaux de télécommunication… Le parti d’Iglesias souhaite également atteindre la souveraineté agricole : l’agriculture espagnole doit produire assez pour nourrir le pays sans avoir recours aux autres pays.
  • Lutter activement contre la fraude fiscale : le directeur de l’agence tributaire (qui traque les fraudeurs) doit être élu par le Parlement, plus d’employés seront embauchés dans cette agence, les fraudes de plus de 50 000 euros seront considérées comme un crime, qui pourra se juger jusque dix ans après les faits.
  • L’impôt sur le revenu sera plus important pour ceux qui gagnent plus d’argent, les déductions dont profitent les plus riches seront supprimées. L’impôt sur le patrimoine sera payé par les Espagnols qui ont plus de 400 000 euros de propriétés et de fortune. Podemos proposera que les familles pauvres ne payent pas les droits de succession, afin qu’ils ne renoncent pas à leur héritage. Les avantages accordés aux entreprises concernant l’impôt sur les sociétés seront abolis. Les grandes entreprises devront toujours payer un tarif minimum. En revanche, les sociétés qui réinvestissent leurs bénéfices pour leur développement payeront moins d’impôts. Les « violets » veulent baisser la TVA concernant le chauffage, la lumière, le gaz, la culture et l’éducation, ajouter de nombreux aliments dans la catégorie « TVA super réduite », et augmenter la TVA pour les produits de luxe. Les impôts sur l’essence et le charbon augmenteront et de nouvelles taxes seront créées : un impôt de solidarité (appliqué pendant quatre ans), payé par les banques pour rendre les aides qu’elles ont reçues durant la crise, et un impôt sur les transactions financières, qui sera payé par une banque à chaque achat ou vente d’actions.
  • Sur le sujet des banques, Podemos souhaite protéger les clients, mettre une limite à leur taille pour éviter qu’elle soient énormes et appuyer des projets de banques alternatives, comme les coopératives de crédit et les banques éthiques. Plus original : le parti prévoit de créer une banque dépendant du gouvernement pour soutenir le travail public, les industries et la technologie, les petites entreprises et les familles qui désirent acheter un logement.
  • Annuler une réforme du PSOE qui prévoit que le remboursement de la dette est plus important que les autres dépenses, réviser toute la dette espagnole, et annuler la dette des personnes qui ont perdu leur logement et qui doivent toujours de l’argent aux banques.
  • Changer l’UE : modifier les accords qui obligent à limiter les dépenses de chaque pays, proposer une réunion avec tous les pays pour renégocier la dette et la réduire, soumettre un plan pour en finir avec la pauvreté infantile, les expulsions immobilières et assurer le droit à la santé, la culture et l’éducation.
  • Dépenser plus d’argent pour créer de l’emploi, augmenter le salaire minimum de 648 à 800 euros sur 14 mois, multiplier les inspections pour en finir avec les contrats frauduleux dans les entreprises, réformer les contrats temporaires et assurer un emploi stable et de qualité. Passer petit à petit à 35 heures de travail hebdomadaires à la place des 40 heures actuelles. Un licenciement massif devra être autorisé par le gouvernement.
  • L’âge de la retraite sera fixé à 65 ans, et non plus après, et les retraites augmenteront chaque année au même taux que l’inflation.

Démocratie sociale :

  • La carte vitale sera un droit pour tous les Espagnols et les migrants, les dépenses pour la santé seront augmentées jusqu’aux montants pratiqués avant la crise. Une loi pour que chaque personne puisse décider de sa mort sera proposée.
  • Les expulsions immobilières seront interdites, les peines contre les particuliers qui vivent dans des logements abandonnés ou vides seront supprimées. Si une personne demande une hypothèque et qu’elle ne peut plus payer, sa dette sera annulée en donnant les clés de son appartement à la banque. Un observatoire du droit au logement sera également créé et des négociations seront ouvertes avec les banques pour qu’elles donnent leurs appartements vacants pour compenser avec l’argent reçu de l’État pour leur sauvetage.
  • Les dépenses en éducation seront augmentées jusqu’à atteindre les dépenses des autres pays européens. La religion sera éliminée des collèges, et une nouvelle loi d’éducation, en concertation avec les professeurs, les parents d’élèves et les étudiants, sera votée. Podemos proposera également une loi pour que les enfants n’aient plus de devoirs à la maison. L’enseignement des langues « coofficielles » (catalan, galicien, basque…) sera assuré, et un plan d’apprentissage de langues étrangères sera appliqué. Le nombre d’élèves par classe sera réduit, les bourses estudiantines seront augmentées, l’éducation sera gratuite pour les enfants de 0 à 6 ans. Les professeurs seront de nouveau remplacés après leur retraite (ce qui n’est plus le cas depuis la crise de 2008).
  • Un secrétariat d’État de l’égalité hommes/femmes sera créé, la loi contre la violence de genre sera modifiée, un plan d’emploi pour les femmes de plus de 45 ans sera proposé, les mineures pourront de nouveau avorter sans le consentement de leurs parents.
  • Un ministère de la culture et de la communication sera créé, un pacte pour la culture sera proposé aux partis politiques, aux entreprises et aux professionnels de ce domaine, dans le but de promulguer de nouvelles lois pour le cinéma, la musique, la danse, le théâtre et la lecture.

Démocratie politique :

  • Les citoyens pourront plus s’impliquer dans la vie politique : si le parti au pouvoir ne respecte pas son programme, ils pourront demander de nouvelles élections. Il sera plus facile pour les Espagnols de proposer des lois au Parlement et de participer aux débats. Il sera inscrit dans la loi une obligation pour chaque parti politique d’organiser des élections primaires.
  • Podemos souhaite en finir avec les privilèges des parlementaires : leurs salaires seront baissés, leurs dépenses seront contrôlées, et leurs droits seront les mêmes que ceux de tous les travailleurs. Le tribunal constitutionnel devra être indépendant des politiques, et un nouveau système de sélections des juges sera proposé.
  • La transparence des administrations publiques sera améliorée, un observatoire citoyen sera créé pour informer les Espagnols des dépenses du gouvernement.
  • La loi de financement des partis politiques évoluera : il sera interdit pour eux d’avoir des dettes bancaires et le nom des personnes et des entreprises qui financent les partis pour plus de 5 000 euros devront être publiés.
  • Les citoyens éliront (à la place des politiques) les membres du conseil genéral du pouvoir judiciaire, l’équivalent du gouvernement des juges. La loi bâillon sera abrogée. Pour un même délit, un citoyen riche payera une amende plus élevée qu’un citoyen pauvre.
  • Abandonner tous les symboles franquistes, annuler les jugements de la guerre civile et de la dictature.
  • Les militaires auront les mêmes droits que les autres citoyens, le tribunal militaire sera uni au civil afin que les juges soient indépendants de l’armée. Les relations entre le ministère de la Défense et les fabricants d’armes seront transparentes.

Démocratie citoyenne :

  • Une nouvelle loi sera créée pour que tous les citoyens puissent avoir accès à une eau de bonne qualité, une autre sera approuvée sur le changement climatique pour repeupler d’arbres les forêts ou taxer la production de déchets polluants.
  • Les accords avec l’Église catholique seront annulés, la loi de liberté religieuse sera transformée en loi de liberté de conscience pour que les institutions publiques soient indépendantes et ne bénéficient à aucune religion.
  • Les transports deviendront moins chers pour les personnes avec peu de revenus ou sans travail. Pour réduire les accidents de voiture, les panneaux seront améliorés sur les autoroutes.
  • Podemos souhaite réduire la TVA pour les rendez-vous chez le vétérinaire, donner un prix aux villes qui prennent des décisions pour le bien-être des animaux, retirer les subventions des spectacles qui traitent mal les animaux et changer la loi qui déclare que la corrida est un bien culturel.

Démocratie internationale :

  • Il sera permis qu’un étranger puisse se présenter aux élections, les examens pour obtenir la nationalité espagnole seront supprimés, le temps à passer en Espagne pour demander la nationalité sera réduit et les procédures facilitées. Un secrétariat d’État de politiques migratoires sera créé, tout comme des mesures légales et sûres pour que les immigrés entrent en Espagne. Le regroupement familial sera facilité, les centres d’internement des étrangers (où sont placés les migrants dans l’illégalité) seront fermés, et les fils barbelés à la frontière marocaine seront supprimés.
  • Le parti de Pablo Iglesias souhaite renégocier la dette des pays, réformer certaines institutions comme le G-20 et le FMI, créer une institution au sein de l’ONU pour lutter contre la fraude fiscale, empêcher l’accord de libre-échange entre les États-Unis et l’UE. Autres propositions : changer l’organisation de l’ONU et en finir avec le droit de veto du conseil de sécurité, qui peut bloquer une décision majoritaire et proposer que le prochain secrétaire général de l’ONU soit une femme.
  • Les citoyens seront consultés pour les opérations militaires à l’étranger approuvées par l’ONU, les accords militaires avec les États-Unis seront révisés, plus de collaboration sur la politique militaire avec les pays de l’UE, pour s’affranchir de l’Otan et des USA.
  • Renforcer la coopération avec l’Amérique Latine en matière d’éducation, d’économie, de science et de protection des droits de l’homme, impulser le retour de relations « normales » entre Cuba et l’UE, défendre le droit à l’indépendance du Sahara Occidental, reconnaître la Palestine comme un pays indépendant.